Retour aux nouvelles

Agrandissement et modernisation de l’Hôpital Pierre-Boucher: urgence d’agir pour la Montérégie

Actualité

22 février 2024

Les élus municipaux de la Montérégie-Est se mobilisent pour obtenir du gouvernement l’approbation du projet global et nécessaire d’agrandissement et de modernisation de l’hôpital Pierre-Boucher. Cet hôpital situé à Longueuil est le pilier du réseau de la santé et des services sociaux dans cette grande région.

Cette lettre ouverte a été publiée dans La Presse.

 

Cosignataires : Catherine Fournier, mairesse de Longueuil; Martin Damphousse, maire de Varennes; Mario Lemay, maire de Sainte-Julie; Ludovic Grisé Farand, maire de Saint-Bruno-de-Montarville; Maud Allaire, mairesse de Contrecœur; Jean Martel, maire de Boucherville; Alexandre Bélisle, maire de Verchères; Stéphane Williams, maire de Saint-Amable; Daniel Plouffe, maire de Calixa-Lavallée

En plus de desservir directement les villes de Longueuil, Boucherville, Sainte-Julie, Saint-Bruno, Saint-Amable, Varennes, Verchères, Calixa-Lavallée et Contrecœur, son offre de soins s’adresse aussi plus largement aux citoyennes et citoyens de toute la Montérégie-Est (totalisant une population de 540 000 personnes) pour plusieurs services spécialisés. L’hôpital Pierre-Boucher détient également des mandats pour toute la Montérégie, notamment en pédiatrie et gériatrie, région comptant 1,5 million de citoyens.

 

Forte croissance des besoins

D’ici 2036, la population de la Montérégie-Est augmentera de 9 % et le nombre de personnes âgées de 36 %. La double pression de la croissance et du vieillissement de la population pèse déjà fortement sur l’hôpital Pierre-Boucher qui doit absolument être agrandi.

De 2017 à 2022, le nombre de visites à l’urgence a crû de 36 % ; suivant cette tendance, la hausse sera de 63 % en 2031.

Le nombre de lits d’hospitalisation est déjà nettement insuffisant avec, pour conséquence, que 29 % des séjours à l’urgence durent plus de 24 heures. Il s’agit de l’un des taux les plus élevés au Québec.

 

Un développement moindre que ce qui avait été approuvé en 2018

Le gouvernement a reconnu l’ampleur des besoins, et des travaux sont d’ailleurs sur le point de débuter. Le premier avis de pertinence sur l’agrandissement de l’hôpital Pierre-Boucher a été émis en 2008. Dix ans plus tard, le gouvernement précédent approuvait une première phase. En 2019, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) demandait de mettre à jour le projet global de plan clinique de l’hôpital Pierre-Boucher. En janvier 2021, un avis de pertinence du MSSS recommandait l’ajout de 200 lits de courte durée d’ici 2031 et une expansion importante du plateau technique et des soins ambulatoires.

Mais avant que les travaux ne débutent, la pandémie a éclaté et l’inflation s’est envolée. Si bien que pour respecter le budget initialement alloué, le projet qui se met en branle a été réduit.

Le projet prévoit désormais une nouvelle unité d’urgence de 54 civières et une nouvelle unité d’hospitalisation brève de 24 lits. Mais on n’y retrouve cependant aucun nouveau lit d’hospitalisation – alors que le niveau moyen actuel d’occupation est de 104 % – ni aucun développement de services ambulatoires, comme les cliniques externes, la médecine de jour ou la radiologie.

 

Déception et inquiétude

Nous voilà maintenant dans cette situation décevante, où 15 ans après le premier énoncé des besoins, le gouvernement s’apprête à enclencher des travaux nécessaires, mais qui ne seront malheureusement pas à la hauteur des besoins. Le projet d’agrandissement reconnu par le MSSS en 2021 en fonction de l’évolution des besoins sur la période 2026-2031 prévoit plutôt 574 lits d’hospitalisation (+206), 16 salles d’opération (+6), 54 salles de clinique externe de médecine spécialisée (+24), 36 civières et fauteuils de médecine de jour (+20), 24 fauteuils de chimiothérapie (+10) et 20 fauteuils de dialyse (+20). Or, même si l’urgence d’agir est criante, ces éléments ne seront pas mis en chantier à cette étape-ci.

Considérant le temps qu’il faut pour mener un projet à terme, il faut pouvoir débuter le tout rapidement pour éviter une détérioration des services de santé dans la région. Comme élus municipaux, nous demandons que le gouvernement se positionne rapidement. C’est pourquoi, tout en reconnaissant le franchissement de ce premier pas important, nous lui demandons d’autoriser au plus tôt la phase suivante du projet en l’inscrivant au prochain Plan québécois des infrastructures (PQI), dont la présentation est prévue en mars prochain. Le gouvernement a tout entre les mains pour aller de l’avant. La population de la Montérégie-Est mérite de pouvoir compter sur des services à la hauteur de ses besoins. Les citoyennes et les citoyens de la Rive-Sud comptent sur le gouvernement du Québec.

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à notre infolettre ›
Logo Desjardins
Logo Banque Nationale
Logo Emballages Carrousel
Starfrit logo